28 février 2012

du chat errant au chat libre (30 millions d'amis)

 

Matous landes oeuvre pour la défense des chats libres.

Mais quelle est la différence entre un chat errant et un chat libre ?

Les chats errants, sont des chats qui n'ont pas ou très peu connus la main de l'homme dans les premiers mois, voire les premières années de leur vie. Rois de la débrouille pour survivre (poubelles, chasses d'oiseaux, de rongeurs, ...), ce sont aussi souvent des animaux malades, malingres, parfois porteurs de maladies contagieuses entre chats (FIV ou leucose féline [maladies non transmissiles à l'homme]). Il est difficile de faire adopter ces chats, souvent trop sauvage.

La loi du 6 janvier 1999 leur a donné un statut, celui de "chats libres" : à condition qu'ils soient  stérilisés, identifiés (tatouage) sous couvert de bénévoles indépendants, d'associations de protection animale ou de communes qui s'engagent alors à les nourrir dans leur environnement. Ils ne sont donc plus considérés comme chats errants.

Cette loi est une avancée significative car avant le 6 janvier 1999, le code rural prônait l'euthanasie, oubliant que nos amis jouent un rôle de filtre contre certains nuisibles - souris et rats - qui représentent un risque sanitaire bien plus grave.

Lire la suite dans l'article paru sur le site de 30 millions d'amis en cliquant sur ce lien :

du chat errant au chat libre : des années de combats

 

Posté par matouslandes à 19:07 - - Commentaires [0]

07 décembre 2011

Biscachats

L'association BISCACHATS a pour but d'enrayer la prolifération féline sur la commune de Biscarrosse. Cette association présente des similitudes avec MATOUS LANDES.

L'assemblée générale de BISCACHATS se tenait à Biscarosse le samedi 03 décembre 2011. Pour cette occasion un article a été publié dans le journal Sud-Ouest, cliquez sur ce lien pour le lire :

Assemblée_générale_Biscachats du 03 décembre 2011_


SUD OUEST

 

 

 

 

 

 

 

Posté par matouslandes à 15:42 - - Commentaires [0]
13 novembre 2011

Noël des animaux 2011

Noël des animaux à la SPA de Saint-Pierre-du-Mont

les 10 et 11 décembre 2011

http://saintpierredumont.spa.asso.fr/

 

NOEL 2011

Posté par matouslandes à 16:38 - - Commentaires [0]
03 octobre 2011

Affaire Castéra

Suite au décès de M. Castéra, résidant à Mont-de-Marsan, son épouse handicapée s'est retrouvée dépassée face à une colonie d'une vingtaine de chats vivant en semi liberté dans le jardin de leur propriété.

La famille a fait appel à la SPA et à Matous-Landes.

L'association s'est déplacée pour faire une évaluation de la situation et rechercher des financements.
Nous sommes intervenus du 22 au 27 septembre et avons mis fin au désordre

BILAN :

  • 15 chats ont été capturés:
  • 11 ont été stérilisés (dont 9 femelles).
  • 4 étaient déjà stérilisés par la SPA
  • 6 chatons de 5 semaines ont été pris en charge par l'association et seront proposés à l'adoption après sociabilisation.


Le financement de cette intervention a été entièrement pris en charge par Matous Landes et la famille car la SPA ne dispose plus de crédit pour la campagne de stérilisation 2011. (Son aide s'est limitée au prêt de 2 cages trappes). A ce jour la ville de Mont-de-Marsan n'a pas passé de convention avec l'association  et ne peut donc pas participer.

Cette intervention est la plus importante depuis la création de l'association. Sans elle, cette colonie se serait développée pour atteindre une centaine de membres dans l'année (9 femelles X 10 chatons par an.) Ces chats auraient envahi le quartier et les abords de la gare SNCF, cette zone étant très favorable à leur reproduction.

SDC10899

 

 

Posté par matouslandes à 21:51 - - Commentaires [0]
12 mars 2011

beau témoignage

 

 

T_moignage_Axel__mars_2011

 

 

Merci pour ce témoignage.

 

 

 

 

Posté par matouslandes à 08:42 - - Commentaires [0]

04 mars 2011

campagne de stérilisation

Le mois de mars est là ! La nature s’éveille et les chattes ont leurs premières chaleurs ! Certaines minettes précoces mettent même déjà bas.

Chaque année le raz de marrée des naissances est de plus en plus important. Des quantités de chatons sont, dans le meilleur des cas, donnés à tour de bras, via les petites annonces. D’autres sont apportés à la SPA qui en est vite saturé.

Matous Landes en recueille aussi un certain nombre et les fait adopter sous contrat, assurant leur stérilisation future (52 contrats en 2010).

Malheureusement tous les chatons n’ont pas cette chance car beaucoup finissent tués ou noyés par leur propriétaire. Pire, parfois enfermés vivant dans une poche plastique et jetés dans un conteneur.

D’autres personnes les abandonnent un peu n’importe où.

Afin que ces actes de cruautés et de lâchetés prennent fin, voici la solution :

Faites vite stériliser vos chats !

Profitez-en pour les faire également identifier (tatouage ou puce électronique)

Pour les personnes non-imposables ayant peu de ressources, nous contacter.

La stérilisation apporte pas mal d’avantages, voir ci-dessous.

 aa

 

isassstion

 

 

 

 

 

Posté par matouslandes à 19:36 - - Commentaires [0]
27 février 2011

empoisement de chats à Sabres (journal Sud-Ouest)


Le mystère de l'empoisonneur à la sardine demeure entier

A Sabres (Landes), depuis deux mois, entre rumeurs et disparitions de chats, la psychose gagne le village. La gendarmerie enquête.


     

 

       
 

 

 

 

 Sans_ti

 

 

 

 

 

 

 

 Photo Georges Durand

   

 

 Laurette pense que, dans le quartier, « quelqu'un en veut aux chats ».

 

 

 

C'est un coin de nature un peu à l'écart de Sabres où poussent une trentaine de bicoques vertes et rouges autour d'un cimetière. Un lieu paisible où l'on aime les animaux, le jardinage et les barbecues entre voisins. Mais depuis quelques semaines, la psychose trouble la quiétude du paisible quartier résidentiel du Petit Bourg. Car ici, des chats meurent. Et les circonstances de leur décès sont tout sauf naturelles.

Laetitia cherche son matou depuis le mois d'août. Disparu. Elle n'a pas de preuve, mais depuis « l'affaire », elle se pose des questions. « J'ai un voisin qui en a eu six empoisonnés, je ne pense pas qu'il a porté plainte. Des voisins disent que des gens savent qui fait ça », poursuit-elle. D'autres riverains disent que « ceux qui savent ont peur ».

Laurette, elle, n'a pas de doute. Snoopy a été empoisonné. C'est la vétérinaire qui le lui a dit. Son chat, elle l'a trouvé agonisant près de chez elle. Elle l'a enterré dans le jardin. Puis c'était le tour de Tao. La vétérinaire a bien cru le sauver, mais elle n'a rien pu faire. Elle a dit à Laurette que le chat avait ingurgité des sardines à l'huile. Et un produit organo-phoshoré. La vétérinaire, elle a dit aussi que « pour un cas comme ça avéré, il y en a au moins dix non avérés ». Elle a porté plainte. Elle pense que « quelqu'un en veut aux chats, c'est cruel ».

D'autant que Laurette n'est pas un cas isolé dans le quartier. Chez Nathalie aussi, il y a eu une hécatombe. C'était à la même période, début janvier. Trois chattes, à trois jours d'intervalle. Elles bavaient, en hypothermie, puis elles sont mortes. La première, elle l'a vue quelques heures avant, avec une « sardine fraîche » au bec. Le chien a bien failli y passer aussi. « Il sentait aussi la sardine », jure Nathalie.

Un peu plus loin, c'est chez Jacqueline que le tueur a sévi. « La petite a pleuré. » Kiki avait encore la tête d'une sardine crue dans la bouche. Le reste, il l'avait ingurgité. Elle suppose que la plupart des victimes sont des chats castrés « parce qu'ils ont plus d'appétit ».

Nouvelle plainte déposée

Laurette a mené son enquête. Elle dénombre « 16 disparitions de chats » dans le quartier. Elle pense que « quand les gendarmes sont venus, cela a stoppé le tueur ». Mais elle est inquiète. Récemment, une nouvelle plainte pour empoisonnement de chat a été déposée à l'autre bout du village.

Dans la boulangerie, une élue a déposé une affiche recommandant de surveiller les animaux domestiques. « On en a beaucoup parlé pendant un moment, de ces chats empoisonnés. Puis il y a eu l'incendie de la palombière, ça a déplacé l'attention », analyse une habitante.

Depuis le mois de janvier, les gendarmes multiplient les auditions. Ils ont bien sûr interrogé le poissonnier. Rapport aux sardines. Mais de là à déterminer le profil d'un tueur de chat… « C'est un peu nouveau » reconnaît le major Dubois, commandant de la communauté de brigades de gendarmerie de Sore. « Il faut rester prudent, pour l'instant aucun lien n'a été fait entre la dernière plainte et les cas du mois de janvier. Il ne faudrait pas céder à la psychose, ni aux rumeurs. On parle de 16 chats, mais pour l'instant, nous n'avons que trois plaintes et nous n'avons enregistré que six chats empoisonnés. Si des gens ont des disparitions de chats à signaler, il faut qu'ils viennent nous voir », poursuit le militaire.

Dans un taillis, des boîtes de sardines vides ont été trouvées. Les gendarmes misent maintenant sur les analyses toxicologiques des échantillons de vomi recueillis par Laurette auprès de Tao. Ceux-ci ont été envoyés à l'École vétérinaire de Lyon. Les résultats seront connus dans quelques jours.

Chez Nathalie, seul un gros mâle dénommé Pot de colle a survécu au massacre. Sa maîtresse est formelle : il n'a jamais aimé le poisson.

 

extrait du journal Sud-Ouest

25 février 2011 | Par Yann Saint-Sernin

sans commentaire...

 

 


Posté par matouslandes à 08:56 - - Commentaires [0]
13 février 2011

ça fait plaisir

Ça fait plaisir ...

MATOUS LANDES poursuit son action pour les chats
Votre témoignage nous a beaucoup touché.

T_moignage_Blog

Posté par matouslandes à 23:45 - - Commentaires [0]
06 février 2011

Élan de solidarité

Marie petite chatte de 9 mois a été accidentée fin janvier 

a proximité du restaurant social de Dax.

ii

 

Cette minette errante était nourrit grâce à la générosité des employés du centre. Au moment de son accident, une chaine de solidarité s’est mise en place pour permettre à Marie de continuer à vivre.

 

Des fonds ont été collectés auprès du personnel du restaurant social et de matous landes, le vétérinaire qui s’est occupé de Marie a proposé un tarif préférentiel. Grâce a cet élan de solidarité, Marie a pu bénéficier des soins qui lui ont sauvés la vie. Amputée d’une patte avant et stérilisée, elle se remet tranquillement de ses blessures dans une famille d’accueil et rejoindra par la suite sa famille adoptive pour de longues années de bonheur.


 

Posté par matouslandes à 11:42 - - Commentaires [0]
20 janvier 2011

C'est l'histoire d'un chat qui ...

traversait la route sans regarder.

C’était le 30 octobre, av. Victor Lefranc à Mont-de-Marsan.

Matous Landes m’a évacué chez le vétérinaire et après

une semaine d’hospitalisation et une importante opération

SDC10647

 

 je suis en convalescence chez MATOUS LANDES

qui a déjà engagé plus de 250€ pour me sauver.

Mais il faut encore m’opérer pour me couper la queue qui est devenue inerte.

 

C’est pourquoi je vous demande de m’aider pour participer aux frais à venir.

 

Merci beaucoup.

Le chat du quartier


Posté par matouslandes à 09:41 - - Commentaires [0]