07 février 2013

Insolite ....

Hérissons orphelins

 


>

>

>

>

>

>

>
 

 

Posté par matouslandes à 23:32 - - Commentaires [0]

24 avril 2011

Oscar le chat qui pressent la mort

voici Oscar dans les couloirs de l'hôpital  :

oscar

Résumé :

Durant les deux années qu’il a passées dans l’unité des démences au dernier étage du Steere Nursing House and Rehabilitation Center, (unité pour les malades d'Alzheimer aux Etats-Unis) Oscar (c’est le nom de ce chat) s’est pointé plus de 25 fois auprès des lits de patients qui sont morts... dans les deux heures qui ont suivi la visite du chat.

Le docteur David Dosa, de la Brown University, a publié un article sur la question dans le journal de médecine de Nouvelle-Angleterre. Le don de l’animal est à ce point efficace que lorsque Oscar vient promener ses griffes dans les environs d’un patient, les infirmières n’hésitent pas une seconde à contacter la famille.

Alors, don de voyance ou perception biochimique ? La question demeure ...

 

cliquez sur ce lien pour en savoir plus : oscar le chat qui pressent la mort

 

 

06 février 2011

Chat polydactyle

Chat polydactyle

Un article extrait de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chat polydactyle de la maison d' à Key West (Floride)

Un chat polydactyle ou hyperdactyle est un chat qui a une anomalie physique congénitale qui consiste en une présence de doigts supérieurs à la normale, sur une ou sur toutes les pattes causée par une mutation génétique.

Cette dénomination vient du grec "poly" qui signifie "nombreux" et "dactyle" qui signifie "doigts".

Description

Chat polydactyle avec six doigts à l'avant et cinq à l'arrière

Un chat possède normalement quatre doigts et un ergot sur les pattes avant et quatre aux pattes arrières. Un chat polydactyle peut posséder jusqu'à sept doigts indifféremment à l'avant et/ou à l'arrière. Diverses variations de quatre à sept orteils sont communes, bien que chaque paire de pattes garde un nombre identique de doigts.

La polydactylie est plus fréquemment observée sur les pattes avant uniquement. Rarement elle est vue sur toutes les pattes ou uniquement sur les pattes arrières.

Cette malformation congénitale est héritée génétiquement car le gène responsable est autosomique dominant à expression variable. Elle n'est ni mortelle ni dérangeante pour le chat, bien que l'on ait remarqué un petit retard d'apprentissage de la marche et de la grimpe chez les chatons polydactyles. Par la suite, certains développent une plus grande habilité. Pour exemple, un chat possédant six doigts à l'avant (dont deux orteils opposés l'un à l'autre comme les pouces d'une main humaine) permet au chat une dextérité manuelle étonnante que l'on ne retrouve pas chez des chats non polydactyles, comme ouvrir des loquets de portes ou chasser en s'aidant d'une seule patte.


Histoire

Les conditions semblent être plutôt réunies sur la Côte Est des États-Unis et dans le Sud-Ouest de l'Angleterre. Certains avancent que la raison de la quasi absence de chats polydactyles en Europe est due au fait que les chats sortant de l'ordinaire étaient directement tués au Moyen Âge en raison des fortes superstitions et de l'appartenance supposée du chat à la sorcellerie[1]. D'autres attirent l'attention sur le fait qu'en Angleterre les chats polydactyles sont nombreux, particulièrement au Pays de Galles où on les appelle les "Cardi-Cats".

Le chat enregistré au Livre Guinness des records est Canadien et s'appelle Tigrex. Il est le chat ayant le plus grand nombre d'orteils à ce jour, 27 en tout.

Races et variétés

Exemple d'une femelle maine coon polydactyle avec sept doigts

Les deux races où la polydactylie est la plus forte sont le maine coon et le pixie-bob. Pour le maine coon ce trait n'est pas accepté en France par le LOOF, mais aux États-Unis, la TICA, l'ACFA, la CFA et diverses autres associations le reconnaissent[1].

Quant au pixie-bob, il descend directement de chats polydactyles et ce trait est comme pour le maine coon, reconnu par la TICA mais pas par le LOOF.


Les chats d'Ernest Hemingway

L'écrivain et prix Nobel Ernest Hemingway est un des amateurs de chats polydactyles le plus connu.

Dans le jardin de sa maison de Key West en Floride, il hébergeait un peu moins d'une centaine de chats dont environ la moitié étaient polydactyles. Cette passion pour ces chats particuliers lui est venue après avoir reçu un chat à six doigts offert par le capitaine d'un bateau. En anglais, le mot "Hemingway cat" ou "Hemingway" est devenu un mot d'argot pour désigner les polydactyles.

Depuis la mort d'Ernest Hemingway en 1961, cette maison est un musée et le jardin un abri pour les descendants de ses chats. Il en reste encore une soixantaine dont une trentaine de polydactyles.


Posté par matouslandes à 20:31 - - Commentaires [0]
21 janvier 2011

Comment boivent les chats ?

L'art consommé du chat pour laper 



boive_chat
 

Le chat plonge à peine sa langue dans le liquide. Il se contente d'effleurer la surface avec la pointe.

Les «chats puissants et doux» chantés par Baudelaire savent merveilleusement se déplacer dans l'espace. Tout le monde le sait et peut le constater à chacun de leur mouvement. Mais ils ont aussi une extraordinaire technique pour boire qui défie les lois de la gravité. Cela, personne ne le savait avant qu'une équipe de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) ne décide de s'intéresser à cette question. Pedro Reis et ses collègues publient vendredi les résultats de leurs recherches dans la revue américaine Science. Elles pourraient trouver bientôt des applications en robotique.

Quand on observe un chat en train de laper, on est d'abord frappé par la longueur de sa langue, par la vitesse et la fréquence avec laquelle il la plonge dans le liquide et la remonte dans la bouche. Tout va si vite qu'on ne voit finalement pas grand-chose. On a l'impression qu'il boit en prenant de l'eau dans deux petites fossettes creusées que l'on devine à peine. Eh bien, on a tout faux. «Le chat sort sa langue à la vitesse de 1 mètre par seconde et il la sort quatre fois par seconde. C'est impossible pour l'œil humain de percer les mécanismes qu'il utilise pour boire», assure Pedro Reis. Son équipe s'est servie d'une caméra rapide pour pouvoir décomposer le mouvement de la langue. Ils l'ont ensuite modélisé à l'aide d'un petit dispositif mobile très simple.

Équilibre parfait entre l'inertie et les forces de gravité

À la différence du chien et contrairement à ce que l'on pourrait croire, le chat n'utilise pas sa langue comme une cuillère. Il la plonge à peine dans le liquide. Il se contente d'effleurer la surface avec la pointe. En la remontant très vite, les forces d'inertie sont telles qu'une partie du liquide suit le mouvement ascendant, comme le passager d'une voiture est déporté dans les virages. Finalement, l'eau se retrouve sous la langue et non pas sur la partie supérieure. Le chat boit en la ramenant à l'intérieur de sa bouche.

lape



Ces différentes séquences montrent que le chat, quand il lape, embarque par inertie une petite partie du liquide sous sa langue (0,4 millilitre en moyenne pour un adulte). 

«La vitesse avec laquelle le chat remonte la langue crée un équilibre parfait entre l'inertie et les forces de gravité. Il sait exactement quand il doit fermer la bouche avant que la colonne d'eau ne s'effondre», explique Pedro Reis. S'il attendait une fraction de seconde supplémentaire, les forces de gravité prendraient le dessus sur l'inertie et la langue se viderait.

Le chat a une langue d'une grande agilité. Quand il boit, il l'incurve vers l'arrière, ce qui lui donne une plus grande détente lors de la remontée. La pointe est très lisse, dépourvue des petites excroissances qui lui donnent sa rugosité caractéristique. Les chats adultes absorbent en moyenne 0,4 millilitre à chaque lapée. C'est très peu, mais les chats en bonne santé n'ont généralement pas besoin de beaucoup d'eau. «En tant que physiciens, notre objectif n'est pas seulement d'observer et de décrire le chat en action. Nous cherchons à simplifier au maximum les mécanismes qu'il utilise pour comprendre comment ça marche», explique Pedro Reis. C'est ainsi qu'en modélisant les solutions adoptées par le chat, ils sont parvenus à calculer la vitesse avec laquelle les autres félins, en fonction de leur poids, doivent actionner leur langue pour boire.

Car le lion, le tigre et le léopard utilisent eux aussi le même jeu entre l'inertie et les forces de gravité pour boire. En effet, les félins n'ont pas de joues, ce qui les empêche d'aspirer les liquides. Les chercheurs ont pu vérifier que leurs équations sont justes en observant plusieurs spécimens dans les zoos: plus les animaux sont gros, moins ils lapent rapidement.

Article extrait du journal le figaro (12/11/2010).


Posté par matouslandes à 11:24 - - Commentaires [0]